La fête du Goût à Uzès : restaurateurs et producteurs plébiscités par le public

Dimanche 13 octobre dernier la place aux Herbes, baignée par un joli soleil d’automne, accueillait une foule de promeneurs et passants, venus d’Uzès ou de plus loin, parfois touristes d’arrière-saison venus profiter de la ville au calme retrouvé après le rush des mois d’été. Tous se pressaient autour des stands éparpillés ça et là sur la place afin de découvrir avec émerveillement les créations offertes à leur gourmandise par un certain nombre de chefs uzégeois, en partenariat avec des producteurs locaux passionnés.

Cette journée du Goût, organisée pour la première fois, était orchestrée à l’initiative du dynamique président de l’Association des Commerçants d’Uzès, François Duchesne. « Uzès étant connu pour sa gastronomie, ses produits du terroir et le savoir-faire de ses chefs » -nombreux à s’être installés ici ces dernières années avec une offre de grande qualité, toujours tirée vers le haut, il lui semblait logique d’organiser une manifestation sur ce thème, à l’occasion du démarrage de la Semaine du Goût.
Marché de producteurs, pique-nique et course des garçons de café allaient ponctuer la journée, dont le point d’orgue était  bien sûr les dégustations proposées par les chefs restaurateurs qui, à cette occasion, ont rivalisé d’imagination pour exprimer leur talent aux yeux du plus grand nombre. Voilà pour moi l’occasion de dresser quelques jolis portraits et de mettre à l’honneur des établissements qui me tiennent à coeur ou que j’ai découverts ce jour-là.
Premier stand à l’entrée de la place, celui de l’Artémise, restaurant gastronomique situé dans un cadre exceptionnel, un ancien prieuré, qui accueille aussi des chambres d’hôtes faisant la part belle aux oeuvres d’artistes contemporains de réputation internationale. Le chef, Nicolas Deroche, a quitté le Vivier, à l’Isle sur la Sorgue, pour rejoindre Pierre et Benoît cette année. Il propose une cuisine ludique et créative.
En partenariat avec Cyril Santos, producteur d’escargots à Montaren (Les Escargots de l’Uzège) l’Artémise proposait un velouté de butternut et sa brochette d’escargots confits à la graisse de canard. Légères, raffinée, pleines de saveurs, les bouchées étaient servies par Pierre, le maître des lieux, en personne. Succès assuré pour ce plat de saison.
L’Atelier du Café faisait déguster ses assemblages. Pour les accompagner, le restaurant Millezime proposait un parfait glacé au café en cappucino, travaillé au siphon en petites verrines. Une bonne idée pour terminer un repas.

En partenariat avec un mareyeur, le Bistrot du Duché cuisinait en mode bistrot : marinière de
coquillages et terrine aux saveurs originales sous leur apparente simplicité.

En face, nos pas nous amenaient au stand de la Maison d’Uzès, ancien hôtel Chambon Latour restauré magnifiquement et transformé en hôtel de luxe. Oscar Garcia, formé par Frank Putelat à Carcassonne, dont j’ai déjà évoqué dans un article précédent le talent prometteur, y revisitait avec brio la carbonara.

Il avait choisi de mettre à l’honneur les oeufs bio de Thierry Guiltat -que je vous ai déjà présenté aussi. Au programme, oeuf confit à l’huile fumée, risotto et émulsion au lard, mouillettes à l’encre de seiche (sa signature). Une explosion en bouche, un accord parfait entre saveurs et textures, qui a ravi tous les palais.

Guillaume Raoul, jeune chef formé en Bourgogne chez un étoilé, représentait avec bonheur la Parenthèse, le restaurant gastronomique de l’Hostellerie Provençale, hôtel de charme à la décoration raffinée situé en plein coeur d’Uzès -tenu par François Duchesne, l’initiateur de cette journée, et Eric Aumard. Associé à un maraîcher qui proposait un magnifique assortiment de  légumes d’automne, cet habitué de la cuisine traditionnelle revisitée faisait déguster un wok de légumes au saté et à la cacahuète, écume de potimarron qui suscita lui aussi l’enthousiasme. Idée astucieuse : recette était fournie afin de permettre au plus grand nombre de la reproduire chez soi.
Enfin, et non des moindres, Julien Lavandet, de la Table2Julien, à Montaren, dévoilait les facettes de son talent de chef à travers une bouchée tout en fraîcheur, de daurade royale de Méditerranée marinée au citron et à l’huile d’olive, écume de yuzu, brunoise de fruits acidulés, tuile sésame pavot. Ce jeune chef, enfant du pays, est bien connu des Uzégeois, qui s’échangent son adresse de bouche à oreille. Epaulé par sa charmante épouse, Jennifer, qui officie en salle, il propose une cuisine fraîche et inventive. Pour l’occasion il travaillait en partenariat avec la poissonnerie Clément, présente sur le marché d’Uzès, et le moulin d’Uzès. Ses petites verrines firent l’unanimité et

le travail engagé devant le public suscita l’émerveillement des badauds.

 
 
Axel Bachelard, chef brillant du Comptoir du 7, avait quant à lui choisi d’ouvrir sa cuisine aux enfants pour leur permettre de découvrir les secrets des coloquintes. Les petites mains gourmandes sont reparties enchantées, mais du coup il n’était pas présent sur la place. Les connaisseurs espèrent que ce sera pour une prochaine édition, peut-être avant l’automne prochain -mais chut, laissons travailler l’association des commerçants, que je tiens à féliciter encore une fois pour cette initiative qui est, je le souhaite, le début d’une belle aventure.
François Duchesne, président de l’ACVU, avec Jennifer et Julien Lavandet
 
Pour rester dans l’esprit qui anime ce blog, je continuerai dans les prochaines semaines la série initiée avec la Maison d’Uzès, à la découverte de mes restaurants coups de coeur. La liste, non exhaustive, s’étoffera au fil des rencontres, et permettra de guider ceux qui me lisent à travers les ruelles pavées de la ville et les sentiers des villages alentour, dans un périple gastronomique que je suis fière de vous faire partager, toujours émerveillée que je suis d’être Uzétienne.
 
 
 
 
 

You May Also Like