Eloge de la paresse…

Aujourd’hui j’ai l’humeur paresseuse, la vraie. Pas envie de passer trois heures en cuisine à tailler, couper, parer, faire revenir, mijoter… , et surtout pas envie de récurer trente-six poêles, poêles et autres récipients. Et pourtant, j’aurais bien comme une petite faim, moi !
Direction le réfrigérateur pour savoir ce que je vais bien pouvoir tirer de sa substantifique moelle. Bon, bah c’est pas gagné : une demi-poche de poutargue, un morceau de fromage (pas n’importe lequel, un joli stilton fermier, faut pas plaisanter avec ces choses-là), et dans le bac à légumes, perdus au milieu des carottes, navets, betteraves et autres racines destinées à la prochaine recette (et de toute façon beaucoup trop longues à préparer), deux jolis kakis. Des quoi me direz-vous ? Des KAKIS ! Mais surtout, des kakis parfaitement mûrs, à la chair presque confite par le soleil. Et si… ? Non ! Mais si !!!
Ingrédients (pour 4 personnes) :
4 kakis parfaitement mûrs (*), 1 poche de poutargue, 1 morceau de stilton fermier (**), quelques graines de pavot bleu et 2 tiges fleuries d’hysope pour le décor
Préparation : 
Ouvrir les kakis en deux. Retirer la chair à l’aide d’une cuillère à café (c’est assez facile, vous allez obtenir deux quenelles par demi-kaki, tout naturellement). Réserver dans une assiette le temps que l’excédent de jus s’écoule.
Tailler des copeaux dans le stilton à température ambiante.
A l’aide d’un couteau économe, ou d’un petit couteau bien affûté, tailler des copeaux dans la poche de poutargue.
Dressage :
Vous avez bien lu, on y est déjà (c’est ça la paresse). Déposer deux morceaux de kaki par assiette. Recouvrir de copeaux de stilton, puis de poutargue. Parsemer de graines de pavot qui vont donner de la couleur à l’assiette et un peu de croquant. Terminer avec quelques fleurs et feuilles d’hysope, dont la saveur mentholée et un peu camphrée va sublimer les parfums d’iode de la poutargue et relever la douceur sucrée du kaki, et répondre au léger piquant du fromage.
 
Mes coups de coeur :
Les kakis de Môssieur Jean-Claude Gaiffier, à Uzès, à l’angle du boulevard en venant de la cathédrale, parce qu’il est très difficile de trouver des kakis parfaitement mûrs et donc savoureux
La poutargue d‘Olivier Clément, le poissonnier d’Uzès présent place aux Herbes les mercredis, vendredis et samedis matins, qui s’approvisionne chez un petit producteur de la région
Le stilton fermier de l’Intermarché de Montaren, qui propose à l’année un rayon fromages à faire pâlir d’envie les amateurs
Un peu d’histoire :
(*) Le kaki, anciennement appelé figue caque, est le fruit du plaqueminier (ou plaquemine du Japon), qu’on rencontre chez nous dans le sud, autour de la Méditerranée. Il trouve ses origines en Chine, et son fruit est l’emblème du Japon.
 Le fruit est de la taille d’une orange (plus ou moins petite), dont il a la couleur. Il est d’ailleurs toujours étonnant, lorsque l’automne arrive, de voir ces arbres enguirlandés de boules de couleurs vives, qui ne demandent qu’à être cueillies. Et pourtant…
Le kaki, s’il n’est pas mûr à point, n’a pas de saveur. Il est prêt à être consommé lorsque sa peau devient translucide. A l’intérieur on découvre alors une chair presque confite, à la saveur douce et sucrée, assez indescriptible. N’achetez surtout pas de kakis de couleur orange vif, ils n’auraient aucun goût. En pratique, il faut ramasser les kakis quand ils sont tombés de l’arbre, c’est à cette condition qu’ils sont à maturité.
(**) Le stilton bleu est sans doute le plus fin des fromages anglais. Consommé traditionnellement aux alentours de Noël, sa production est très réglementée par l’obtention de son AOP. Et c’est là où l’on se demande parfois à quoi pensent nos technocrates ! En effet, le blue Stilton (il existe un Stilton blanc, moins connu) tire son nom du village de Stilton dont il est originaire. Mais par une bizarrerie dont la Commission européenne, il ne peut avoir cette appellation que s’il est produit, suivant des règles strictes, dans les comtés de Derbyshire, Leicestershire et Nottinghamshire. Du coup, il est illégal de produire un fromage au nom de Stilton dans le village de Stilton, qui se trouve maintenant dans le  comté de Cambridgeshire. Seules 6 ou 7 laiteries peuvent le produire.
Le blue stilton est un fromage à pâte persillé, onctueux, mais à la saveur un peu piquante. Les Anglais le consomment souvent en fin de repas, après le dessert, accompagné d’un porto.

You May Also Like